Quantcast
Channel: l'armoire essentielle
People Here Also Viewed:
Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Comment vivre sa garde-robe à l’ère des images trop parfaites ?

Next Valise
0
0

Il y a un site que j’aime bien aller voir quand je veux me faire du mal (je n’ai pas encore la sagesse de moine bouddhiste de Jeanne-Aurore) : c’est The Shape of the Season. Y est présentée de manière très « éditée », très claire et très ordonnée une sélection censée correspondre aux canons de la saison, et qui exprime surtout une certaine image du minimalisme et du bon goût. En fait, chaque photo donne envie d’aller enfiler illico une jupe portefeuille ou un sweater gris en cachemire ;) La réussite, je trouve, c’est d’y mêler le très cher mais très pointu au moins cher mais quand même pointu (& Other Stories, ou même simplement des pièces Zara qui font réellement créateur), et puis de mixer pêle-mêle vêtements, sacs, chaussures, bijoux, produits de beauté et objets design : c’est-à-dire de présenter tout un univers désirable et inspirant. 

A chaque fois que je vais y fourrer mon nez, je me lamente sur ma garde-robe. Au moins le temps de refermer mon ordi, de relativiser et de me dire : mais attends, tout ce que je viens de voir, dedans, il y a plein de choses qui ne m’iraient pas, dont je n’ai ni envie ni besoin, et puis ce qui me plaît, je l’ai sûrement déjà, peut-être même en triple exemplaire. Seulement voilà, en petites cases, bien shooté, sur un mannequin immobile, ou parfaitement à plat, ça a plus de cachet.

Longtemps, mon fantasme a été que ma garde-robe ressemble à une boutique : des pièces triées, cohérentes, joliment suspendues sur un cintre, un esprit saison, collection… Ce qui restait finalement accessible. Mais je pense que la présentation Internet a installé un nouveau fantasme, bon, surtout pour l’obsédée de l’ordre que je suis : celui de la garde-robe en vignettes parfaites et parfaitement alignées. Parce que quand je songe à mon armoire, ce n’est pas qu’il y manque quoi que ce soit, mais c’est qu’elle est « vivante », les cintres n’y sont pas au millimètre, il y a forcément des trucs un peu froissés… C’est la présentation idéalisée du Net qui donne des complexes, pas réellement les vêtements en eux-mêmes.

D’ailleurs, il m’est arrivé moi aussi de créer mes propres petites vignettes, shootées bien à plat, ou sur un Stockman, dans le but de revendre certaines de mes pièces sur Internet. Et à chaque fois, j’ai eu un petit moment d’hésitation durant lequel j’ai songé : eh, mais c’est pas mal ça, pourquoi je m’en débarrasse ? (Parce que je ne le mets jamais. Parce que je ne porte plus aussi court ou aussi étriqué. Parce que la couleur ne me va pas…) (PS : la photo correspond d’ailleurs à mes propres affaires, mises en vente sur le site américain Threadflip : on leur envoie directement les vêtements, et eux se chargent de les prendre en photo, de rédiger les descriptions et de les envoyer pour nous…) 

Je sais que des applis permettent ça : photographier sa garde-robe et ensuite voir les pièces présentées une par une, comme un beau catalogue digital. Mais me lancer là-dedans me fatigue d’avance. Et puis, ça n’enlèvera rien au fait que, après la satisfaction du virtuel, il faudra, tout de même, composer avec l’imperfection de la réalité (en clair, cela n’enlèvera rien au fait qu’il faut surtout que je vise la sagesse de moine bouddhiste de ma copine ;)).

Laure 

Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Latest Images