Quantcast
Channel: l'armoire essentielle
People Here Also Viewed:
Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Mes "don't buy"

0
0
Source 

Avec Laure, nous avons souvent eu l'occasion dans nos livres de dresser la liste de ces indispensables à toute armoire. L'attrait de telles compilations est irrésistible, surtout si on a un petit côté dictateur du style ce qui, je le crains, est mon cas. Mais j'en viens aujourd'hui à douter de leur utilité. Si d'un côté je reste persuadée de l'attrait universel et intemporel de certains vêtements (la chemise blanche, le col roulé noir), la preuve étant qu'ils ne cessent de revenir dans le vocabulaire de la mode, ma propre confrontation avec l'achat compulsif et les difficultés à accepter mon propre style, m'amènent à penser que ces listes aux allures de diktats constituent davantage un problème qu'une solution. Oui, le trench s'est imposé au fil des décennies comme un must. Mais il se peut que ce ne soit pas un must pour moi, pour vous. Et il se peut qu'en raison de ces fameuses listes vous et moi ayons acheté un trench alors qu'au fond il nous fallait tout autre chose. J'ai d'ailleurs en ce moment dans mon placard un trench entouré de gros points d'interrogation...


Et puis, en tombant sur cet article sur Grechen’s Closet - toute sa série « The Minimalist Closet est d’ailleurs intéressante – je me suis dit que la vraie liste à faire et suivre, ce ne serait pas une énième « must buy », mais plutôt une « don’t buy ». Une liste de tous ces trucs qui nous attirent mais en réalité sont, à l’usage, atterrants et aberrants pour nous. Tous ces trucs dont on sait du fond des tripes qu’ils ne sont pas pour nous, mais qu’on laisse quand même entrer dans sa vie. Alors voici ma liste à moi, en souhaitant ne plus jamais recroiser une de ces mauvaises idées dans mon placard :

Le pull à manches courtes Dans l’absolu, j’adore l’idée du pull à col roulé à manches courtes ou du petit pull à col rond et manches ¾. Dans la vraie vie, j’ai soit trop chaud pour les porter, soit trop froid. *

Le col V profond Un autre idéal que j’adore et que j’ai recommandée à longueur de livre. C’est vrai que c’est beau, un beau col V porté sur peau nue. La réalité étant a) que je n’arrive pas à porter de la laine (ou même du cachemire) à même la peau et que b) je suis hyper fragile de la gorge (« 3615 Mamita, allô »). Donc mon vrai indispensable est davantage le col roulé ou le col rond bien haut.

Le jean fantaisie Si c’est trop stretch, trop skinny, trop proche du jegging, trop Debbie Harry, s’il y a des marques de délavage vraiment trop artificielles, des petits dessins sur les poches arrière, un logo trop reconnaissable sur la ceinture, ça n’est pas pour moi. Merci aux douze milliards d’erreurs d’achats au rayon jeans qui m’ont appris cette leçon.

Les épaulettes Ce n’est pas que je sois contre, elles peuvent donner une si belle architecture à un manteau ou une veste. Mais j’ai des épaules larges et carrées, et la vérité c’est que les manteaux et vestes que je préfère dans mon armoire sont dépourvus d’épaulettes et que je trouve que c’est ce qui me va le mieux. Au passage, j’ai dû aussi admettre que je déteste la sensation d’une veste glissée sous un manteau (adieu mon rêve d’adopter le tailleur pantalon comme uniforme).

La chaussure de lycéenne  J’explique le concept. Pour moi, la chaussure de lycéenne, ce sont tous ces souliers ultra-iconiques et ultraplats. La K-Jacques, la Repetto, la Converse. Des chaussures qui requièrent un joli pied tout jeune et une voûte plantaire en béton. Des trucs que j’adore mais que mes pieds, qui ne se sentent bien qu’avec la sensation d'être "tenus", un minimum de talon et mes semelles orthopédiques (3615 Mamita bis), ne tolèrent pas du tout. Chaque printemps et été je suis tentée, et à chaque fois, il faut que je me rappelle à l’ordre.

La veste / le manteau sans boutons et/ou poches Oh que c’est beau un blazer sans bouton. Ou un manteau. Le truc sublime sur un podium… mais qui au quotidien devient galère quand le vent souffle et qu’il s’agit que le manteau en question tienne son rôle premier, à savoir tenir chaud en hiver. Idem pour les versions sans poches. Trop beau, trop minimal (la poche, du tissu en trop, retirons, retirons !). Et trop relou, surtout ! On les mets où, ses clés ? Et son kleenex ? Et son téléphone ? Je parle de tout cela en connaissance de cause ayant à de maintes reprises cédé à la beauté de ce type de vêtement. Et n’étant probablement pas à l’abri d’une rechute.

Le "classic with a twist" Super tentant pour qui se sent coupable de ses goûts barbants. C'est donc le mocassin revu dans une couleur "marrante". La boots cavalière ou la derbies classique cloutées pour faire "rock". Le beau cachemire mais dans une coupe bizarre et asymétrique. Mais grâce à la psychothérapie, j'ai appris qu'il faut s'accepter tel qu'on est, goûts barbants compris.

Le détail Ah, le fameux détail qui fait tout. La lavallière qui vole au vent sur la blouse en soie. La ceinture sur la veste. Le patch en cuir sur le pull. Autant de trucs qui au bout de cinq minutes me donnent envie de prendre mes ciseaux et les réduire en charpie car ils se prennent dans mon sac, me grattent, me polluent la vue. Ce qui ne m'a pas empêchée, par le passé, d'acheter au moins mille fois un vêtement en raison d'un de ces détails. Evidemment.


Et vous, des "don't buy"à revendiquer ?


Jeanne-Aurore


* Laure me signale qu'à Los Angeles, où la météo passe du chaud au froid en quelques secondes, le pull à manches courtes trouve soudain toute sa pertinence. S'agirait-il donc d'un basique géolocalisé ???




Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Latest Images