Quantcast
Channel: l'armoire essentielle
Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Le coup de la valise

0
0

Les deux robes en question, l'une en laine noire et ceinturée, l'autre fluide dans un faux-noir.

Une « expérience », c’est un bien grand mot, mais Jeanne-Aurore l’a appelée ainsi, alors… alors je vous raconte mon « expérience ». Le point de départ, ça a été, 1, un fantasme, celui de vivre avec une valise (ou une tringle, ou un nombre d’or : disons, avec peu), et 2, une nécessité, celle d’acheter moins (pour ne pas dépenser, et ne pas m’encombrer). Sauf qu’il y a un obstacle de taille : pour réellement vivre avec une valise, il me faudrait me débarrasser d’environ 90% de mes vêtements, et ça je ne me sens pas encore prête à le faire. D’où, ta-da… THE expérience !

Un jour d’octobre où j’avais acheté deux robes et où je culpabilisais en me disant que ça n’allait pas franchement faire avancer mes désirs de valise, je me suis donnée un défi : ne plus porter que ces deux robes, en alternance avec deux jeans (parmi ceux que je possédais déjà). Pas question d’attraper autre chose dans mon armoire, et encore moins d’acheter quoi que ce soit. En fait, c’était un peu vivre avec une valise, mais avec tout plein de malles autour (= le reste de mes vêtements, interdits d’être portés – à l’exception évidemment des hauts pour aller avec les jeans).

Résultat : j’ai adoré. J’adore toujours, puisque je continue à pratiquer. Il y a quelques semaines, je me suis autorisée à piocher d’autres robes dans mon armoire, et ce qui est intéressant, c’est que j’ai opté pour celles qui avaient à peu près la même forme. Ce qui m’a permis de mettre en pratique un autre de mes fantasmes jusqu’ici irréalisable : me choisir une silhouette en début de saison, et m’y tenir pour les six mois suivants. D’ordinaire, je suis plutôt du genre à porter du long le lundi, du court le mardi, du mi-long le mercredi et un pantalon le jeudi. 

Le coup de la valise ne m’a pas donné encore le courage de me débarrasser de mes « malles ». De toute façon, je crois que je les aime trop, mes « malles », je n’ai pas envie de les bazarder. Mais il m’a enfin permis de faire ce truc tout bête, que je faisais naturellement quand j’avais quinze ans et moins de vêtements : acheter quelque chose et réellement le porter. Pas juste lui faire rejoindre une collection de belles pièces. Elémentaire, mon cher…

Living with only one suitcase has always been my dream. An impossible dream, I’m afraid… So I tried a little compromise (an experience, if you want): wearing only my two new dresses alternately with two jeans (but without throwing away all the rest!). And guess what? I loved it. I very happily stayed stuck to one silhouette, without the need to try anything different – let alone to buy anything different. 

L.G.

Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Latest Images