Quantcast
Channel: l'armoire essentielle
People Here Also Viewed:
Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Quelques films dont le style m’a touchée récemment…

0
0

Laggies Je l’ai vu aux Etats-Unis, il n’est pas sorti en France. C’est dommage, car il fait toujours bon avoir sous la main une rom’ com’ avec Keira Knightley pour faire le plein de looks boho chic à base de jeans délavés, de t-shirts cools et d’injections ça et là de la plus parfaite petite robe.



Pasolini Le film d’Abel Ferrara qui retrace les derniers moments du réalisateur de Salo tient surtout par la classe, que dis-je, la grâce de Willem Dafoe, sosie parfait, et tellement charismatique dans ces lignes doucement seventies : un mélange d’élégance de l’élite intellectuelle italienne de l’époque, et de coolitude en jean évasé, ceinturon, et blouson de cuir marron. Et puis je VEUX ces lunettes.



Une nouvelle amie Ce ne sont pas les looks particulièrement qui m’ont intéressée dans le dernier Ozon, histoire d’un homme joué par Romain Duris qui se travestit en femme. C’est l’interrogation sur l’identité sexuelle, celle que l’on ressent et celle qui nous a été assignée. Sur cette part masculine et féminine qui cohabite en chacun de nous. C’est aussi cette manière qu’a le héros, parce qu’il se sent femme, de surjouer l’aspect féminin (maquillage, robe, talons…) quand nous, « vraies » filles, sommes justement moins attirées par tout ça. Ces scènes, aussi, dans lesquelles sa confidente, jouée par Anaïs Demoustier, l’accompagne faire du shopping, et tient le rôle de l’homme, en revêtant des costumes masculins… Bref, j’ai été happée par ce côté « on ne naît pas femme, on le devient », doublé de cette illustration du pouvoir transformateur du vêtement.



Big Eyes Tim Burton nous plonge dans les sixties avec une Amy Adams affublée d’une coiffure super moche, mais tellement mignonne dans sa silhouette d’artiste composée de capris, ou bien de pantalons larges retroussés jusqu’au mollet, de chemisettes et de sandales plates.



Eden Là non plus, il ne s’agit pas de looks spécifiques qui me feraient dire qu’il me FAUT ceci ou cela. C’est l’atmosphère. Celle, rendue tellement subtile et envoûtante par la caméra de Mia Hansen Love, des années 90 et du début 2000 dans le milieu de la musique électronique. J’ai lu dans une interview du frère de la réalisatrice, qui a inspiré et co-écrit le film, qu’ils avaient dû un peu actualiser les silhouettes, car les jeans remontés sous les aisselles avec le t-shirt rentré dedans de l’époque auraient plutôt fait rire aujourd’hui ! En tous les cas, ce qui m’inspire, dans Eden, ce sont les ambiances qui se dégagent de cette fresque intimiste, comme par exemple dans une scène sublime qui utilise le Veridis Quo des Daft Punk (un lien extra ici). Même pour une afficionado, comme moi, des looks de cinéma, c’est plus touchant qu’une belle robe ;)



Chic ! Bah oui : j’aime aussi cette comédie romantique à la française que je trouve gentille, drôle (Laurent Stocker, comme une espèce de Pierre Bergé survolté, est à se tordre) et jolie. Fanny Ardant joue une créatrice de mode forcément fofolle, et Marina Hands son assistante forcément aux petits soins pour elle, mais imbuvable avec le reste de la planète… Le match du style ténébreux, des jupes amples et des chemisiers de la première, vs. les silhouettes affûtées, les tailleurs sombres et les talons en toutes circonstances de la seconde, est juste joyeux. 

Laure

Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Latest Images