Quantcast
Channel: l'armoire essentielle
People Here Also Viewed:
Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

La vérité sur la capsule wardrobe

0
0



source



En matière de capsule wardrobe, il y a les anti (ceux qui font un malaise vagal à la suggestion d'un tri dans leur placard), les wannabe (Laure qui aime le concept… mais moins la réalité) et les convertis (moi, je vousen ai parlé récemment). Et, je le redis, c’est bien comme ça : à chacun son truc – même si, je ne vais pas vous mentir, j’ai quand même du mal avec les armoires qui débordent, mais ça c’est un petit problème à régler entre Freud et moi.

Sans me considérer comme experte sur la question – il y a clairement plus minimaliste que moi, plus extrémiste, plus « capsule wardrobriste » - cela fait en tout cas un an que je vis avec une armoire minimale. Et, bien que je trouve ça formidable, bien que j’adore la liberté et la légèreté que cela me procure, j’avais envie de vous parler de tous ces trucs qui, il n’y a pas d’autres mots pour le dire, craignent quand on passe à une garde-robe réduite.


C’est moins joli que sur Pinterest Qui n’a pas fantasmé sur ces garde-robes compactes qui alignent, symétriquement et sur fond blanc, les jolis vêtements façon « French chic » ?  Sauf que, ça, c’est la vie idéale. Dans un vrai placard, une capsule wardrobe risque d’être moins esthétique. Et, avec moins d’affaire, les imperfections sautent aux yeux. Quand j’ai démarré mon projet « armoire 2.0.» en début d’année, je me suis retrouvée avec un assortiment de fringues disparates. J’ai ainsi passé plusieurs mois avec des jeans que j’aimais moyennement, des t-shirts qui avaient besoin d’être remplacés, des pulls qui tournaient en boucle et me sortaient par les yeux, une paire de Nike Air qui a fini par me donner la nausée à force de la porter. A mille lieux, donc, du mythe de la French-Girl-avec-majuscules qui se réalise pleinement grâce à son unique pantalon noir parfait. Depuis, mon armoire s'est peu à peu harmonisée, cela dit.

C’est une cruelle leçon en lâcher-prise Quand on  pense capsule wardrobe, on se dit, idéal réalisé, paradis de la pièce unique, Graal du vêtement. Et, oui, c’est absolument possible de se retrouver avec un placard empli uniquement de vêtements que l’on aime et juge, pour soi, parfaits. Sauf que. Avec moins d’habits, il y a moins de roulement. Avec moins de roulement, plus d’occasions de porter ses pull/jean/chaussures ultimes. Et donc plus d’occasions qu’ils soient ruinés. Porté tous les jours un manteau, même de la plus belle qualité, va s’élimer. Le parfait t-shirt blanc finir par griser. En résumé : moins tu as d’affaires, plus souvent tu les portes, plus vite elles s’usent et il faut savoir faire la paix avec ça. Et résister à l’envie d’acheter tout en quadruple exemplaires.

C'est le festival de la lessive Avec un placard trop rempli, on n’a parfois « rien à se mettre ». Avec un placard mini on a parfois tout autant rien à se mettre. Mais là, littéralement. Parce que votre unique chemise  blanche n’a pas été repassée et que c’est votre seule pièce habillée. Ou que vous avez eu la flemme de faire une lessive et que vos dix t-shirts sont sales. Bref, il y a clairement des matins où vous êtes à poil devant un placard vide à rêver soudain de piles d’affaires à perte de vue. Et voilà comment on se retrouve à faire des lessives à tour de bras.

C’est la fin du choix J’avoue que, pour moi, ce point-ci est plutôt positif, dans la mesure où le trop-plein d'options me paralyse et où je suis de toute façon une monomaniaque vestimentaire. En tout cas, avec un placard réduit à sa plus simple expression, impossible d’avoir un matin où l'on veut s’essayer à un autre style, se barder d’accessoires « pour voir ». Parce que, de multitudes de possibilités et d’accessoires, il n’y en a plus. Que vous avez fait le tri dans vos sacs, qu’il ne vous en reste plus que deux ou trois, et que c’est ça et pas autre chose. Donc, même si vous êtes très inventif, même si vous êtes ceinture noire d'associations, avec une capsule wardrobe, grosso modo, vous êtes quand même tout le temps habillé pareil.

Ca rend le shopping moins fun Avec une garde-robe mini, et surtout l'envie qu'elle reste comme ça, on devient un acheteur, comment dire... je crois que chiant est le mot juste. Le genre de client qui en vient à disserter pendant une heure, devant une vendeuse médusée, sur le fait que la couture de l'épaule d'un t-shirt n'est pas exactement placée au millimètre près là il où faudrait. Le genre de client qui essaye UN jean pendant UNE heure avant de le reposer et de dire "je vais méditer sur la question"(et de revenir ensuite l'essayer TROIS fois avant de prendre une décision). D'une certaine manière, il peu y avoir une petite jouissance limite punk à déjouer ainsi les rouages de l'expérience shopping, à être celui qui va remettre en question l'achat d'impulsion. Il y a des jours aussi où on en vient à se trouver soi-même un peu casse-bonbons et où ce serait cool d'être capable d'acheter une paire de chaussettes sans se demander pendant trois plombes si c'est un achat qui colle avec le concept de capsule wardrobe.

C'est addictif Malgré toutes ces mises en garde, je ne serais plus capable de revenir en arrière, plus capable d’acheter comme avant, plus capable de vivre avec un portant qui croule sous les affaires. Mais ça, encore une fois, c’est peut-être juste un truc entre Freud et moi.


The truth about living with a minimal/capsule wardrobe: sometimes, it blows. Why? Because you're capsule wardrobe isn't as pretty as the lovely ones on Pinterest or Polyvore. Because the constant rotation of a few pieces means they have all the more chances of getting ruined. Because you end up doing laundry constantly for fear you might end naked with literally nothing to wear in the morning. Because you don't have multitudes of choices anymore. That being said, I wouldn't go back to a huge wardrobe for anything in the world. 


Jeanne-Aurore




Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Latest Images