Quantcast
Channel: l'armoire essentielle
Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Fidèles

0
0

Liv Tyler (actrice, et donc désormais fashionologue) a très bien analysé, dans notre citation d’hier, non seulement la mode différente qui régnait dans les années 90, mais surtout le rapport à la mode : moins consumériste, moins show-off. Jeanne-Aurore m’a aussi écrit une chose très juste par mail, que je me permets de citer : "Je ne sais pas pourquoi on a fini par se dire que ce n'était plus d'actualité, cette allure." Car même si c’est le rôle de l’air du temps que de balayer régulièrement le style de chaque décennie, il y a quelque chose de totalement intemporel dans cette silhouette minimaliste, chic et easy, qui aurait pu (qui aurait dû !) rester.

Je pense que Jeanne-Aurore et moi n’avons jamais totalement renoncé à notre style nineties (qui soit dit en passant a plutôt démarré vers 1993 pour perdurer jusqu’au début des années 2000, cf. ce pêle-mêle de Sofia Coppola en 2003). Moi par exemple, j’ai gardé le goût des grandes jupes au mollet, de la couleur unique portée des pieds à la tête, et je rêverais de marcher en tongs toute l’année. C’est surtout le fait de vieillir qui m’a fait renoncer à certains classiques de l’époque, comme le tricot de corps porté avec un tout petit cardigan (désormais, je préfère largement mettre mon marcel avec un gilet de grand-père XXL !). Aujourd’hui, cela tombe bien, les années 90 reviennent dans les magazines, avec leur cortège sportswear, les costumes portés avec des baskets. Mais notre fidélité à cette décennie atteste d’une théorie dont j’ai déjà parlé ici ou ailleurs : le fait qu’en général, on s’habille toute sa vie selon la mode en vogue au moment où l’on a commencé à pouvoir acheter soi-même ses vêtements. En gros, 20 ans, 25 ans. 

J’avais déjà cette théorie lorsque j’étais plus jeune, et ça m’irritait au plus haut point puisque nous étions, justement, au plus fort des nineties, et que dans la rue, je croisais des femmes qui portaient encore les pantalons à pinces de la décennie précédente, les chemises à pois, les blazers à boutons dorés, les chouchous dans les cheveux, tout ce qui me faisait dire, avec toute l’arrogance dont j’étais capable, qu’elles n’avaient pas vu passer le train du style et étaient restées bloquées dans des temps dépassés. Alors qu’elles restaient simplement fidèles au look dans lequel elles s’étaient initialement épanouies, et qui finirait d’ailleurs par revenir assez vite ! 

Je ne me doutais pas que je ferai exactement de même un peu plus tard. Et encore moins que j’en parlerai sur ce médium qui n’existait pas encore à l’époque, le blog… ;)

I found that the Liv Tyler’s quote Jeanne-Aurore put on line yesterday really reflected the fashion and the spirit I loved during the nineties… And she (Jeanne-Aurore) wrote me something I also found so true: “I don’t know why someone once decided this style was out.” Cause this minimalist, chic and easy silhouette was decidedly timeless. But I think Jeanne-Aurore and I have always remained faithful to this style: certain shapes, certain details. I’ve got a theory on this: you always dress yourself the way fashion was at the time you started to be able to buy your own clothes (and build your own style). Just updating it a little bit. Am I wrong? 

L.G.

Viewing all articles
Browse latest Browse all 361

Latest Images