Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | .... | 19 | newer

    0 0
  • 02/20/13--00:30: Fashion monsters !

  • Certains créateurs insistent sur la portabilité du vêtement : ils reconnaissent faire non pas de l’art mais du business. D’autres y voient au contraire le support idéal de toutes les folies et de tous les discours possibles. « Ici, la mode s’attache moins à exprimer une identité qu’une expérience » explique le carton en intro de « Arrrgh ! Monstres de mode », l’exposition qui se tient jusqu’au 7 avril à la Gaîté Lyriqueà Paris. Pas question évidemment d’y admirer le blazer essentiel ou le jean parfait, mais plutôt les créations surréelles en vrais cheveux de Charlie Le Mindu, un sac de toile en guise de t-shirt par Maison Martin Margiela, des costumes d’opéra en fausses feuilles de Walter van Beirendonck ou un autoportrait en vêtements recyclé d’Andrea Crews. Une vision à l’opposé de celle qui nous anime sur ce blog (l’importable, le collector ne sont pas vraiment les bienvenus dans nos garde-robe) mais évidemment des propositions artistiques enrichissantes.

    A few words about an exhibition shown at La Gaîté Lyrique in Paris until April 7, about “fashion monsters” (that’s actually the title)... An exploration of crazy creations that actually owe more to experimental art than fashion: surreal... things (wigs, hats, maybe?) made with real hair by Charlie Le Mindu, a canvas bag turned into a t-shirt by Maison Martin Margiela, opera costumes in fake leaves by Walter van Beirendonck... Not exactly what we prone on this blog (the perfect little blazer? Not really!) but of course an interesting point of vue on clothes in which, like it is said somewhere in the exhibition, fashion serves not to transmit an identity but an experience. 

    L.G.









    0 0


    Simon Baker, l'acteur de la série "The Mentalist". Très bon style perso à la ville : les lunettes Cutler & Gross de la photo sont les siennes !

    J.A.C.

    0 0
  • 02/22/13--00:30: N’importe quoi

  • Souvent, on dit que certaines vieilles photos donnent envie de s’enfoncer dans un trou et d’y disparaître à tout jamais parce qu’on y porte le mauvais t-shirt / le mauvais pantalon / la mauvaise coiffure... Moi, ce qui me donne envie de m’enfoncer dans un trou et d’y disparaître à tout jamais, ce sont ces listes d’achats vestimentaires que je tiens consciencieusement depuis des années. Regardez au hasard cet extrait de 2004, rédigé avec un maximum de lyrisme (c'est un euphémisme !), et que je mets en ligne légèrement rougissante, en me disant, tout de même, qu'il y a prescription. Qu'est-ce qu'on y voit ? Une frénésie d’achats (le 23 août, le 2 septembre, le 6 septembre...), des dépenses clairement sans intérêt dont aucune n’est restée dans mon armoire plus de quelques saisons (« chemisier en soie forme poncho » ? Pull « pris surtout parce qu’il y avait une erreur d’étiquette qui me l’a fait payer 13 euros 99 au lieu de 45 » ???). Et le pire, c’est qu’à l’époque, Jeanne-Aurore et moi avions déjà ce rêve d’une armoire essentielle. Je ne veux pas me prononcer pour elle, mais moi, j’avais clairement un sacré chemin à faire... 

    Some people cringe when watching old photographs of themselves: bad haircut, wrong t-shirt... What makes ME cringe is the list of all my fashion purchases, a list that I’ve been meticulously keeping for years. Take this example shown above: a whirlwind of expenses, useless, absurd, stupid expenses, none of them having lasted in my wardrobe more than a few seasons. And what’s insane is that I remember at the time, Jeanne-Aurore and I already had this dream of an ideal, carefully edited wardrobe. Oh, how far I was from that!

    L.G.


    0 0
  • 02/25/13--01:34: La citation du lundi

  • "On nous fait croire /
    Que le bonheur c'est d'avoir /
    De l'avoir plein nos armoires."

    Alain Souchon, "Foule sentimentale"


    "They want us to believe / That happiness means / Cupboards full of belongings."
    From Alain Souchon's song "Foule sentimentale"


    0 0
  • 02/26/13--00:30: Le vêtement : le jupon



  • Il était très à la mode dans les années 2000, à l’époque où j’ai collé ces photos dans le cahier d’inspiration que je tenais religieusement. J’ai toujours regretté qu’il devienne ensuite aussi « out » qu’il avait été « in » (hormis peut-être l’été sur un marché avec des espadrilles, dans un trip « Je suis la Gala de Dali » ou « Je sors du film "Vacances romaines" ».) Je n’ai jamais eu la force de caractère pour porter des vêtements ouvertement datés. Pourtant, ces photos font toujours envie, non ?


    The gypsy skirt was totally ubiquitous in fashion in the years 2000, when I glued those pictures in the inspiration book I kept at the time. I’ve always regretted that it went as « out » as it had been « in » (except in a “Roman Holiday” or Dali/Gala trip): those photos make it quite appealing, don’t they?


    L.G.


    0 0
  • 02/27/13--07:57: Denim Done Right
  • Image via The Fashion Spot

    Il est vraiment rare ces derniers temps que je sois attirée par une série mode, mais cette image d'Amber Valleta photographiée par Peter Lindbergh pour le numéro de février du "Vogue" US m'a tellement plu que j'ai carrément arraché la page sur le champ. Le make-up et les nattes minimalistes, la chemise en denim souple, la veste de worker Carhartt jetée sur les épaules - tout me plaît.

    It's quite rare these days that I get happy about any sort of fashion editorial, but this shot of Amber Valleta photographed by Peter Lindbergh for the February issue of US "Vogue" stopped me in my track. The barely-there makeup, the no-fuss braids, and the soft denim shirt and rugged Carhartt jacket, I like it all.

    J.A.C.


    0 0



    Finalement c’est tout simple : un pardessus bien ample + un jean un peu usé + une chemise sans chichis, et une fille est parée pour n’importe quel moment de vie. J’aime bien que Lou Doillon en concert lundi au Trianon à Paris ait été habillée comme si elle allait prendre un café au troquet d’à côté. Son élégance naturelle, sa grâce exquise, son sourire XXL, son bonheur contagieux d’être là (et son album extra !) font le reste. 

    Simple as that : an oversized coat + slightly used jeans + a no-frills shirt, and a girl is ready (ready for everything, that is). I like that Lou Doillon chose to dress herself for her concert at the Trianon in Paris as if she was on her way to the nearest café. Her infinite elegance, grace and her mega-watts smile just do the rest.  

    L.G. 


    0 0
  • 03/01/13--01:18: Seaside



  • C'est vendredi, il fait froid et gloomy, la parka et les boots seront de rigueur pour sortir. Alors qu'en réalité, tout ce dont on rêverait ce serait une valise de vacances remplie juste de débardeurs tout simples, de tennis en toile, de gros pulls à enfiler sur un maillot de bain.

    It's Friday, and it's cold, grey and gloomy. Let's forget about the giant parka and sturdy boots that will be needed to venture outside.... Let's think about summer suitcases filled with simple white tanks, canvas shoes, knits to be worn over swimsuits...

    "Le talentueux Monsieur Ripley" / Marilyn Monroe / Kate Moss

    J.A.C.


    0 0
  • 03/04/13--00:30: La citation du lundi


  • "I don't think there is ever a wrong time for a polka dot..."

    Marc Jacobs


    (Traduit dans "Vogue" par : "Tous les moments sont bons pour porter des pois." /
    Illustration : collection automne-hiver 2011)

    0 0


    Indispensables, quand l’hiver semble ne pas finir d’en finir ! Mais ce que j’aime dans ceux-là, c’est qu’ils sont longs, en théorie pour les porter avec des manches trois-quarts, façon « J’ai bien bossé mes leçons d’élégance fifties », sauf que je n’essaie plus de me casser la tête aujourd’hui, et que j’évite les associations réfléchies : je les porte avec mon manteau habituel dont les manches me vont jusqu’aux poignets, et il n’y a que moi à savoir qu’en dessous j’ai les gants de Gilda. J’adore ça. 

    Of course, gloves are the must-have accessories when winter seems endless. But what I like about those ones are that they are long, fifties style long, which means that logically, they should be worn with three quarter length sleeves. Except that today, I try to avoid over-thinking my style, and wear them with my regular, long-sleeved coat, therefore I’m the only one to know I’m wearing Gilda gloves. I love that.

    L.G. 

    0 0
  • 03/07/13--04:33: En vacances... (I)


  • Réfléchir à ce qu’il faut emporter dans sa valise en tenant compte du climat, des moeurs locales ou du contexte (business or pleasure), voilà un exercice que j’adore, même s’il se termine toujours par un sacré mal de crâne. Pour l’Inde, où je suis exilée en ce moment, le mélange de folklore et de simplicité de Jackie Onassis (jupon à pois, tamisé autant que chic-isé par une grosse ceinture, un top noir et des nu-pieds) m’a beaucoup inspirée, même si pour une autre destination, le total-look milleraies de Lee Radziwill me parle aussi ! 

    I love brainstorming about what to pack for holidays, taking into account the weather, local habits, business or pleasure... (even if it generally ends with a big headache!) In India right now, I’ve been really inspired by Jackie Onassis and her mix of ethnic and simplicity, even though, for some other destination, I’m also mesmerized by Lee Radziwill’s pinstripe total-look! 

    L.G. 



    0 0



    J'ai beaucoup aimé ce que Laure écrivait l'autre jour à propos de ses gants longs, portés de manière casual, comme un petit luxe privé et secret. Mais j'aime aussi l'idée du gant élégantissime à la "Downton Abbey", illustrée par cette photo iconique datant de 1998 de Carolyn Bessette Kennedy associant une robe bustier Yohji Yamamoto à de longs gants de velours. Surprenant à quel point cette silhouette est toujours d'actualité et combien de charme old school il en émane.

    I really liked how the other day Laure mentioned how long gloves can be worn in a casual way, as a private little luxury. Yet I also love the idea of the full-on, "Downton Abbey" style glamorous long gloves, as exemplified by this iconic 1998 picture of Carolyn Bessette Kennedy pairing a Yohji Yamamoto strapless gown with above the elbow velvet gloves. It's amazing how relevant this look still is and how much old school style it oozes.

    J.A.C. 



    0 0
  • 03/11/13--04:04: La citation du lundi


  • "J'achète très peu de vêtements, disons deux ou trois par an, mais toujours de très bonne qualité. J'ai, par exemple, un pull gris Ralph Lauren que je porte depuis dix ans et qui est comme neuf."

    Claire Nouvian, activiste de la défense des fonds marins et fondatrice de l'association Bloom


    "I only buy two or three pieces of clothing per year, but always of great quality. For example I have a ten-year old Ralph Lauren grey sweater that is as good as new."
    Claire Nouvian, deep-sea protection activist and founder of the Bloom charity


    0 0
  • 03/12/13--01:30: En vacances... (II)

  • Encore une source d’inspiration sous le soleil : le mélange de raffinement extrême et d’attitude relax de Slim Keith, socialite culte des fashionistas, « swan » pour l’écrivain Truman Capote et un temps épouse du réalisateur Howard Hawks. J’adore son pantalon retroussé, ses sandales lacées, son accumulation de bracelets. (Dommage que je ne fume pas, je me prive de cet accessoire génial qu’est le fume-cigarette !)

    Another great source of inspiration under the Indian sun: socialite Slim Keith’s mix of extreme refinement and relax vibe.

    L.G. 


    0 0
  • 03/13/13--03:01: A propos des vacances
  • Lauren Hutton, le "less is more" estival incarné.

    Même s'il neige à Paris et que l'été semble loin, je pense aux vacances (sans doute l'influence des posts de Laure). Je n'ai sans doute jamais eu de garde-robe plus minimaliste que quand, enfant, je partais chaque été pour plusieurs semaines de vacances sur une île grecque, avec ma mère. L'endroit était sublime et rudimentaire (pas d'électricité, pas de machine à laver, juste du soleil, de la mer, à l'infini). Le voyage était long - avion, puis bateau pendant de longues heures. A l'arrivée sur l'île, il fallait parfois marcher le long d'un sentier rocailleux, de nuit en certaines occasions, ou sauter dans un bateau de pêcheur pour atteindre la maison de notre séjour. Autant dire que voyager léger était un impératif. 

    Avec ma mère, nous emportions donc très peu. Quelques t-shirts, un bermuda ou pantalon léger, une ou deux robes, un paréo, un maillot de bain, un gilet ou veste de coton pour les nuits fraîches, une paire de sandale ou tennis. Nous achetions sur place une paire d'espadrilles que nous abandonnions à notre départ. Pour laver nos affaires, nous les trempions dans une bassine savonneuse, au soleil, puis les laissions sécher sur un fil : en une heure tout était sec. Je ne me souviens pas une seule fois avoir eu le sentiment de manquer de quoi que ce soit. Au contraire, quelle liberté !

    Laure's posts on holiday fashion have brought back the memory of my childhood's minimal holiday wardrobe, when my mother and I would travel each summer to a remote Greek Island that was hard to reach and demanded we travelled light. A few tees, one or two dresses, one pair of shorts or light pants,  a pair of sandals or canvas shoes, one bathing suit, a cardi or jacket to fight the chill of certain nights, that's all we carried with us, usually buying one pair of colorful, cheap espadrilles upon arrival, that we discarded at the end of our stay. Clothes were washed in a soapy basin, then left to dry in the sun (there was no washing machine, not even electricity!). I don't remember once having the feeling of lacking anything. All I can remember is the freedom, and the infinite afternoons of sun, sand and uncluttered horizon.

    J.A.C.



    0 0
  • 03/14/13--01:30: En vacances... (III)

  • J’ai beau être actuellement en Inde, cette image prise par le photographe Norman Parkinson dans les rizières pour "Harper’s Bazaar" me semble parfaite. Le pantalon à pinces, la chemise originale, les nu-pieds, le fard à paupières vert, le chignon parfait... Sublime ! (Bien que difficile à copier de A à Z, n’est-ce pas...)

    I’m traveling in India right now but still, I find this picture taken in the rice paddies by Norman Parkinson perfectly inspiring!

    L.G. 


    0 0
  • 03/15/13--06:10: L'uniforme : Jennifer Garner



  • Durant ses années J.J. Abrams , dans la peau de l'agent double Sidney Bristow, soumise à un million de changements de costumes par épisode d'"Alias", Jennifer Garner avait néanmoins ce truc tellement "Girl Next Door" résolument fondant. Coupe simple et cheveux shiny, teint de lait écrémé, sourire à un milliard de dollars. Aujourd'hui, même simplicité sans prétention, même charme preppy fait de cet uniforme (jeans, chemise bien propre, cardigan tradi) que nous, Françaises, envions tellement à nos cousins américains.

    Even during her Sidney Bristow years, changing costumes three millions times in each episodes of "Alias", Jennifer Garner was the perfect embodiment of Girl Next Door chic. Unfussy shiny hair, wholesome look, million dollar smile. With her J.J. Abrams days behind her (though how wonderful would a reunion be?), she continues to exude the same relaxed simplicity, this charm based on a preppy uniform of jeans paired with a crisp shirt and maybe a classic cardigan, that we, French people, so envy from our American cousins.

    J.A.C.


    0 0
  • 03/18/13--02:09: La citation du lundi

  • "Ce que je fais ? C'est un uniforme. Je vois une femme qui enfile une de mes robes, choisit des chaussures, et hop, elle est parée d'un uniforme de glamour. J'ai mon uniforme moi aussi. Je ne porte que des slips blancs Sunspel, des jeans et des chemises. Bleu marine l'été, kaki l'hiver. Quand j'aime une paire de chaussures, je la porte jusqu'à l'usure."

    Roland Mouret
    (ici en compagnie du chausseur Robert Clergerie)


    0 0
  • 03/19/13--01:30: En vacances... (IV)

  • Il y a tellement d’images inspirantes dans le film "Persona" d’Ingmar Bergman... Pour des vacances ensoleillées, ce sont les lunettes de Bibi Andersson qui semblent absolument sensationnelles. 

    There are so many inspiring images in Ingmar Bergman’s “Persona”... But this one picturing Bibi Andersson with dark glasses seems the most amazing for sunny holidays!

    L.G. 

    0 0
  • 03/20/13--03:07: Easy minimalisme

  • L'idée d'une garde-robe s'appuyant sur le principe du "moins, c'est plus" peut sembler intimidante. A force de parler de chemises blanches, de jeans classiques cinq poches et de cols roulés, je dois d'ailleurs sans doute contribuer à l'idée qu'adopter un vestiaire minimaliste n'est possible que si l'on est un amish du style, se nourrissant de gruau et de manteaux camel. Mon goût me porte naturellement vers les grands classiques, les essentiels qui "chuchotent" pour reprendre la jolie expression qu'a utilisée récemment Géraldine Dormoy sur son blog, bref ces vêtements qui se retrouvent régulièrement dans la liste des indispensables intemporels (telle que celle présente dans notre "To-do list dressing"). Sauf que nombreuses sont celles pour qui la chemise blanche n'est pas un indispensable. Ni le pantalon noir.  Pour autant, on peut être maximaliste dans son allure, aimer les bijoux et imprimés, et pourtant s'adonner à un shopping réfléchi et choisir d'avoir une garde-robe détoxée. Un peu comme notre amie Julia, ci-dessus (encore une star dont, comme Gwyneth Paltrow, je préfère mille fois le style décontracté des années 90 à son image lissée actuelle). Le parfait mix de "less is more" (une robe, une coupe de cheveux simple et efficace) et d'"effet waouh" (l'imprimé, les lunettes parfaites, la grosse bague).

    A minimalist wardrobe doesn't have to be just about classic clothes. My own minimalist wardrobe is made of classic essentials - white shirts, grey tees, simple jeans and knits - but that's because it's what I like, because I have a love of tried and true timeless classics. But adopting a less is more approach to dressing doesn't mean you have to become an amish of style like me. A well edited closet can be full of colors, prints and girlie dresses, if that's your style and taste. You can be a minimalist in the way you shop and a maximalist in the way you dress. Look at Julia here (another star whose 90s easy breezy style, just like Gwyneth, I miss): a perfect mix of minimal (simple wash and go hair, make-up free) and wow (printed baby-doll, statement ring, perfect glasses).

    J.A.C.


older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | .... | 19 | newer